Logo
Bonne visite, étranger.

Les Mercenaires

Les Mercenaires

Le mercenariat est une pratique qui remonte à loin, très loin. Si la prostitution est qualifiée de plus vieux métier du monde, le mercenariat n’est certainement pas très loin derrière. Il s’agit de combattants, dont les onéreux services sont loués par les riches et les puissants cherchant à disposer d’une force de frappe supplémentaire pour d’hostiles entreprises, ou à assurer la sécurité de leurs biens et/ou de leur personne. Au sein de leurs compagnies, on trouve de tout : bandits, gros-bras, chasseurs de primes, anciens soldats, combattants sportifs reconvertis… au final, tous ceux qui savent se battre et qui ne font pas – ou plus – partie de la Royal Army. On peut les apercevoir un petit peu partout : ils accompagnent les armées en temps de guerre, servent de force de sécurité lors d’expéditions, sillonnent les routes et y tendent des embûches aux voyageurs, protègent les manoirs et ceux à qui ils appartiennent, arpentent les villes à la recherche de leur prochain client – ou de leur prochaine victime –, se font oublier dans les campagnes, etc.

Compagnies notables

Blackmud

Blackmud est une des plus grandes et des plus importantes compagnies de mercenaires du Grand Royaume. Tristement célèbre pour la violence et l’avidité des racailles qui la composent, cette société dépasse de loin les compagnies concurrentes en nombre d’employés : Blackmud compte dans ses rangs plusieurs milliers de gros-bras, une véritable petite armée dont la puissance avoisine probablement celle de la Royal Army. Néanmoins, contrairement aux Soldats de la Couronne, les mercenaires de Blackmud ne suivent aucun code et n’obéissent à aucune éthique. Ils accomplissent tout type de travail en échange d’un bon salaire ; c’est pourquoi les clients se tournent souvent vers eux quand il s’agit d’affaires moralement discutables. Aussi, malgré leur comportement de brutes, les membres de la compagnie ont une connaissance approfondie des lois, ainsi que de nombreux contacts hauts-placés, ce qui leur permet d’être parfaitement à l’abri de conséquences judiciaires vis-à-vis de leurs débordements. Riches, puissants, influents et craints, ils n’ont encore jamais rencontré d’obstacle à leur entreprise, et continuent à ce jour de prospérer dans le sang et la peur.

La compagnie des Fières Lames

De notoriété publique, les « Fières Lames » portent très mal le nom qu’ils se sont eux-mêmes attribué. Cette petite compagnie de bras cassés comptait autrefois dans ses rangs une quinzaine de mercenaires, jusqu’à ce que plusieurs d’entre eux périssent dans des circonstances que les survivants s’obstinent à garder secrètes, afin de préserver leur crédibilité.

Désormais composés d’un assortiment d’aventuriers très hétéroclite, les rangs des Fières Lames comptent un couple d’anciens Rôdeurs, expulsés de la coalition car ils causaient des dommages plus importants chez leurs alliés que chez leurs ennemis ; une Cartomancienne renégate, encore très peu expérimentée dans l’art de la Magie ; un déserteur de la Royal Army, dont on dit qu’il aurait massacré les membres de sa propre division sur un bête malentendu ; un ancien mineur, originaire d’un village perdu au fond de l’Angleterre et reconverti au mercenariat ; et enfin un Mutant, rendu incapable de s’exprimer de façon intelligible par de trop sévères déformations physiques qui l’ont également affublé d’un corps monstrueux et d’une peau verdâtre. Les mercenaires de la compagnie des Lames Fières disposent d’une certaine réputation dans les Midlands, en raison des moqueries dont ils font l’objet ; ils sont connus également pour leurs services très bon-marché, lesquels sont donc sollicités généralement par les employeurs qui n’auraient pas les moyens de se payer ceux de compagnies plus prestigieuses – ou plus fiables. Néanmoins le travail reste rare, si bien que le petit groupe se contente parfois d’être seulement rémunéré en provisions de nourriture. Du reste, les Fières Lames s’aventurent très peu hors des frontières des Midlands, sauf si la paye qu’on leur propose est particulièrement élevée ; mais cela n’arrive que lorsque l’employeur les a confondus avec une autre compagnie.

Les Passeurs du Nord

Les Passeurs du Nord forment une compagnie de mercenaires mineure composée environ d’une cinquantaine de membres, des gros-bras généralement originaires de Grey Fields et rompus aux conditions de vie rudes du Land. Certains d’entre eux sont également des déserteurs d’autres compagnies, à la recherche d’une meilleure paye ou simplement de défi. Les Passeurs, dont le quartier général est situé à quelques lieues de Carlisle sont spécialisés dans un type de service : escorter les voyageurs (souvent clandestins) de l’Angleterre à l’Écosse, et les protéger des éventuelles attaques de Furies pendant la traversée de la Frontière. Depuis la quinzaine d’années qu’ils opèrent dans la région, ils ont acquis une réputation plutôt ambivalente : leurs services de protection sont toujours des plus satisfaisants, ils sont en effet suffisamment aguerris et nombreux pour tenir tête à des Furies, gratifiant de surcroît leurs clients d’un spectacle pour le moins inoubliable, quoique salissant, néanmoins leurs prix sont absurdes. La partie de Grey Fields dans laquelle ils œuvrent est particulièrement dangereuse, or aucun réel moyen n’existe pour les roturiers de circuler en toute sécurité, hormis les services des Passeurs du Nord ; de ce fait les mercenaires en profitent pour exiger un salaire très élevé.