Logo

L'Université Théurgique

L'Université Théurgique

Rares sont ceux qui se souviennent encore de l’origine douteuse de la désormais prestigieuse et redoutable Université Théurgique, dont les membres sont de puissants alliés de la Couronne. Autrefois, avant que soit découvert le Veredium, ce qui deviendrait au début des années 1840 l’Université Théurgique était en réalité une secte relativement restreinte composée d’illuminés moqués de tous, lesquels se présentaient sous le nom d’Adeptes de Morgane. Ceux-ci, fervents admirateurs des anciennes légendes arthuriennes, prêchaient à qui voulait l’entendre la gloire perdue de la « Magie », un art ancestral aujourd’hui oublié de l’être humain. Leur influence commença véritablement à s’étendre lorsqu’ils mirent la main sur des échantillons de Veredium et qu’ils en apprirent les secrets ; ils furent alors rebaptisés « Cartomanciens », en raison de leur utilisation de cartes pour canaliser leurs pouvoirs mystiques.

Leurs rangs grandissants et leurs emprise étrange sur les esprits attira l’attention de la Couronne, qui offrit de leur donner pouvoir, confort et moyens de réaliser leurs projets en échange de leur allégeance. Les mages de l’Ordre, devenus maîtres de la cité de Birmingham, continuent de prospérer dans l’intimité des murs de l’immense palais dont la Couronne a spécialement financé la construction à leur intention.

Les Sphères de Magie

À certains endroits du paysage, se trouvent les nids naturels d’une grande quantité d’énergie mystique, qu’il est possible d’extraire pourvu que l’on ait les bons outils et les bonnes manœuvres. Au prix de longues expériences et de sacrifices, les Cartomanciens sont parvenus à recueillir, canaliser et cristalliser cette énergie sauvage sous la forme de petits objets. Les « Sphères de Magie » sont ainsi les émanations physiques de cette source de pouvoir intangible, auquel beaucoup donnent le nom de Magie. À l’état brut, les Sphères sont particulièrement instables et dangereuses, mais peuvent devenir utilisables grâce à des manipulations dont les Cartomanciens ont crée la technique. Ces derniers insufflent par la suite leur énergie à des objets dits « conducteurs de Magie » ou Réceptacles, c’est-à-dire les jeux de cartes dont ils tiennent leur nom et leur puissance. Cependant, la maîtrise de la puissance des Sphères est si délicate et si complexe que généralement les Cartomanciens sont contraints de spécialiser leurs pratiques à un ou deux types de Sphère. Il en existe de quatre sortes, chacune ayant sa propre force et attirant à elle des personnalités bien spécifiques : le Pique (Sphère de Souveraineté), dont l’influence permet de soumettre autrui à sa volonté ; le Cœur (Sphère de la Rémission), qui, à même de miracles, est utilisée pour la guérison des corps ; le Carreau (Sphère de la Projection), qui donne au Mage des pouvoirs sur la matière ; enfin le Trèfle (Sphère de l’Union), qui est affiliée aux éléments : on dit les Cartomanciens de Trèfle capables de déclencher des cataclysmes.

Personnages notables

Eliphas Crane, « Le Berger »

Peu de noms se démarquent réellement des rangs de l’Université Théurgique, car ses adeptes, dont l’individualité tend à s’effacer dans le flot collectif, semblent fonctionner d’une seule conscience. Parmi eux, Eliphas Crane est l’un des rares Cartomanciens qui jouisse d’un certain renom, même au-delà des frontières de Birmingham. Déjà virtuose de la Sphère de Pique à l’aube de sa jeunesse dans les années 1840, Crane est aujourd’hui reconnu comme le plus grand et le plus puissant maître Mage de l’Université. Son pouvoir d’influence et de persuasion est absolument inégalé dans toute l’histoire de la renaissance de la Magie : certains rapportent en effet que, d’un simple regard, le « Berger » est capable de subjuguer les consciences et de transformer à jamais les personnalités. C’est ainsi qu’à l’époque où les Cartomanciens grossissaient les rangs de leur groupe d’illuminés, une écrasante partie de leurs nouvelles recrues –peut-être quelques centaines d’entre elles- a renié sa vie personnelle et embrassé dévotement les préceptes de la secte grâce au charme irrésistible de ses pouvoirs. Aujourd’hui Archimage de l’Université, Crane inspire un mélange indéfinissable de terreur et d’admiration béate au peuple de Birmingham, et même aux nobles de la Couronne.

Ashley Davies

Depuis qu’Eliphas Crane l’a recueillie dans un orphelinat de Birmingham alors qu’elle était âgée de quatre ans, l’Archimage de l’Université Théurgique soumet Ashley Davies à un apprentissage intensif des pouvoirs de la Sphère de Pique, dont il est le maître, afin qu’elle puisse plus tard lui succéder. Davies ne connaît presque rien des usages ou de l’aspect du « monde extérieur », ayant été élevée entre les murs de l’Université et éduquée au seul dogme des Cartomanciens. Encore relativement immature, la jeune adolescente voue un respect religieux à Crane, lequel la considère comme une extension de lui-même ; c’est-à-dire à la fois comme une fille et comme un instrument de combat, une précieuse alliée ainsi qu’un atout irremplaçable. Sa pupille occupe donc une place privilégiée dans le fonctionnement général de l’Université : elle est simultanément une étudiante prometteuse, un membre à part-entière des Illuminés Majeurs malgré son âge, et le bras-droit respecté de l’Archimage. Ce dernier nourrirait l’ambition de faire un jour d’elle, davantage qu’une puissante Archimage, un véritable double de sa propre personne. Le bruit court qu’Eliphas Crane rechercherait le moyen de projeter son âme dans le corps de sa protégée au moment de sa mort de sorte à continuer de vivre à travers elle.